Information Utiles de VTT

Parcours à vélo Lhasa - Kathmandou
LES INFORMATIONS UTILES
Avant de vous lancer dans l’aventure, il est nécessaire de passer en revue, un certain nombre de points importants.
Tout d’abord, il convient d’être en excellente forme physique et sportive afin de supporter la haute altitude, les conditions climatiques, l’état “fluctuant” des routes et chemin s’empruntés, les trajets assez longs et souvent difficiles.

Alors, comment bien préparer votre aventure VTT Tibet-Népal ?
Nous nous penchons, avec vous, sur les points cruciaux.

À quel moment tenter l’aventure Lhasa-Katmandu à vélo ?
Il faut du beau temps et surtout éviter la pluie, donc bannir les mois de mousson, de mai à août. De fait, les pluies sont rares au Tibet, même pendant la mousson, cependant, nous vous conseillons de ne pas prendre de risque à ce niveau. Impossible de pratiquer le VTT, sous la pluie, sur des chemins boueux et glissants. Vous seriez, à chaque instant, sous la menace de chutes, de glissades, de refroidissements, et tout simplement, de tomber malade.

Le meilleur moment pour partir à vélo au Tibet, se focalise sur 2 aspects :
Le temps clair et le ciel bleu !  Il en est ainsi d’avril à Juin, c’est le moment parfait pour tenter l’aventure. C’est possible, également, de septembre à octobre. Le temps de ces mois là, est agréable et calme, avec de grands ciels bleus et clairs, qui ouvrent de splendides vues et panoramas, et détail appréciable, les températures sont tempérées. Vous n’avez pas à craindre de grands froids, surtout la nuit.  À l’évidence, le vélo, l’hiver est tout à fait à déconseiller, à cause des routes glacées et des chutes de neige.

Quel type de vélo choisir pour se lancer dans l’aventure Tibet-Népal ?
Le vélo de montagne représente le meilleur choix de vélo, pour ce style de parcours, sur des terrains difficiles, et relativement impraticables. Il n’y a pas vraiment de séquences de cross-country sur ce parcours. Cependant, le vélo de montagne est, non seulement, plus résistant qu’un vélo normal, mais il est mieux conçu pour affronter les difficultés que vous rencontrerez en cours de route.  Vous avez le choix : prendre le départ avec votre propre vélo ou en acheter un, ou en louer un, soit à Lhassa, soit à Katmandou. Si vous achetez un vélo, vous pouvez toujours le revendre sur place, une fois le tour terminé. Louer un vélo sur place constitue la meilleure option, et c’est celle que nous vous conseillons.  

Entre Lhassa et Katmandu, où dort-on ?
La majorité des nuitées se passe sous la tente, si le temps est clément et si les températures nocturnes ne sont pas trop fraîches. Si vous en avez assez du camping, il y a tout au long de la route, des guest houses très abordables, dans les villages et les villes que nous traverserons.  Votre guide vous accompagne dans le véhicule-support – c’est obligatoire – aussi, se mettra-t-il en 4 pour vous trouver les meilleures conditions d’accueil.  

Entre Lhassa et Katmandou, que mange-t-on?
La cuisine tibétaine n’est pas, forcément, du goût de tout un chacun, si vous le souhaitez, nous pouvons emporter toutes les provisions nécessaires pour le parcours. D’autre part, sur le chemin, on rencontre des auberges et des hôtels, où l’on peut déguster de la cuisine chinoise tout comme de la cuisine tibétaine traditionnelle, à des prix raisonnables. Il faut tenir compte du fait, qu’à l’ouest le plus lointain, il y aura très peu de chance de trouver de la cuisine autre que tibétaine. Alors, le choix se révèle élémentaire : ou vous aimez la cuisine tibétaine ou l’on achète les provisions nécessaires pour cuisiner individuellement.   

LES 4 POINTS FORTS DU PARCOURS LHASSA KATHMANDOU
Ce parcours a été imaginé pour visiter les lieux les plus emblématiques du plateau tibétain et, entre autres, le camp de base de l’Everest. Un autre exemple: après avoir quitté Lhassa et franchi le col de Gampala Pass (4790m) vous arriverez sur la rive d’un vaste et magnifique lac, le Yamdrok. C’est l’un des plus célèbres du Tibet : réseaux claires et bleues reflètent la chaîne Nyenchen Thanglhaqui l’entoure, avec ses sommets déchiquetés et enneigés qui se dressent, immenses, vers le ciel…

1-Une halte privilégiée Gyantse Kumbum et un parcours exceptionnel vers EBC
Sur votre route vers Shigatse, vous traverserez Gyantse, la troisième ville, en importance, du Tibet. Là, vous verrez le fameux Kumbum, l’énorme stupa qui a le volume d’un petit monastère. La gigantesque architecture de ce stupa s’élève à 34m et comporte 9 étages, chaque étage consiste en une petite chapelle. Tout à côté, la forteresse de Gyantse, bien qu’en ruines, évoque tant d’histoire, qu’il s’en dégage un charme suranné très prégnant. En route, vous passerez 3 cols de plus de 5000 m avant d’arriver au camp de base de l’Everest (Everest Base Camp/EBC) : Karo La Pass (5010m), Gyatsola Pass (5200m) et Gontala Pass (5250m), plus de nombreux cols au-dessus de 4000m, à chaque fois, vous aurez face à vous des panoramas époustouflants sur la chaîne himalayenne.

2-Rongbuk et EBC
Bonne nouvelle : quand vous arriverez au monastère de Rongbuk, vous s’aurez que vous êtes tout près du Toit du monde. Vous allez pénétrer dans le monastère le plus haut du monde, 5000m. Le monastère de Rongbuk appartient à la secte Nyingmapa, branche du Bouddhisme tibétain. Fait unique, le monastère abrite, à la fois, une communauté de moines et une communauté de nonnes.

3-Le mythique camp de base de l’Everest
En quittant le monastère de Rongbuk, vous n’êtes qu’à 8km du camp de base de l’Everest. Le Toit du Monde est à votre portée ! Soit vous continuez à vélo soit vous vous y rendez à pied (nous nous chargeons de votre vélo).Il n’existe pas de superlatif assez fort pour décrire la vue sur l’Everest : vous êtes à la meilleure place (assez de recul) pour bénéficier du meilleur point de vue sur le mont (plus près, vous n’auriez qu’une vue “rétrécie”). Grand moment d’émotion!

4-Le Mont Shishapangma
On le nomme aussi, quelque fois, Gosainthan, le Shishapangma, avec ses8027m est le 14ème sommet mondial. C’est une montagne sacrée pour les Tibétains. Toute l’année, quelle que soit la saison, son pic arbore des neiges éternelles. La vue du Shishapangma imprègne vos yeux d’une rare beauté sauvage et brutale.